Forum non-officiel, ouvert le mardi 7 juin 2005
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Partagez | 
 

 Mara KANTE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Philippe
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 32668
Age : 49
Localisation : Village plein de vignes
Date d'inscription : 07/06/2005

MessageSujet: Mara KANTE   Sam 22 Oct - 8:11

Extrait du Journal de Saône et Loire, édition du samedi 22 octobre
http://www.lejsl.com/actualite/2011/10/22/3-a-15-ans-pour-trois-des-accuses-deux-acquittes


Villiers-le-Bel
3 à 15 ans pour trois des accusés, deux acquittés

Les assises des Hauts-de-Seine qui rejugeaient les quatre tireurs présumés des émeutes de Villiers-le-Bel, ont condamné trois des accusés à des peines de 3 à 15 ans de réclusion.

La cour d’assise a prononcé un acquittement. Le cinquième accusé, qui comparaissait pour avoir fourni une arme aux émeutiers, a lui aussi été acquitté. « Justice a été faite d’un côté mais de l’autre côté justice n’a pas été rendue. On crie, on crie et on criera toujours parce qu’il y a de l’autre côté nos frères qui ont pris des peines très lourdes », a déclaré un des acquittés, Maka Kanté, reparti libre du tribunal de Nanterre.

90 policiers blessés
Lors du premier procès en juin 2010, les quatre tireurs présumés âgés de 24 à 30 ans avaient écopé de peines de 3 à 15 ans de prison pour avoir ouvert le feu sur les forces de l’ordre lors des deux soirées d’émeutes des 25 et 26 novembre 2007 qui avaient suivi le décès accidentel de deux adolescents.

Quelque 90 policiers avaient alors été blessés par des cartouches de plomb.

Prononcé dans une salle comble après plus de neuf heures de délibéré, le verdict a été accueilli dans la colère et la confusion par la foule qui patientait à l’extérieur de la salle d’audience sous haute surveillance policière. Clamant leur innocence tout au long des trois semaines de débats, les deux principaux accusés, les frères Adama et Abderhamane Kamara, ont été condamnés à des peines de 12 à et 15 ans de réclusion, conformément aux réquisitions du parquet qui avait fustigé leur volonté de « tuer des policiers ».

« Pour les victimes que je défendais l’objectif est rempli. Les deux meneurs partent en prison ce soir et sur ce point la justice est passée », a commenté Me Laurent-Franck Liénard, un des avocats des policiers. Ancien médiateur à Villiers, Adama Kamara avait assuré pendant les débats avoir « tenté de calmer les jeunes » le soir des affrontements alors que le ministère public avait fait de lui le « leader des émeutes ».

À ses côtés dans le box, son frère Abderhamane, présenté par le ministère public comme « le tireur le plus déterminé et le plus efficace », avait reconnu ne pas « aimer la police » mais nié avoir ouvert les feux.

« Je suis pas fou, je connais les peines encourues », avait-il lâché, mettant les accusations portées contre lui sur le compte des « rumeurs » de la cité. Au cours des trois semaines d’audience, cette thèse avait été longuement développée par la défense qui avait dénoncé une enquête « bâclée » en espérant profiter des défections en série enregistrées par l’accusation.

Lecture des dépositions des témoins
Aucun des quatre témoins sous X qui avaient mis en cause les accusés pendant l’enquête n’a déposé devant la cour, contraignant le président à faire lecture de leurs dépositions. Un témoin à charge crucial, qui devait venir déposer à visage découvert, a lui aussi fait faux bond en dépit d’un mandat d’amener pris à son encontre. « Je ne suis pas satisfait parce qu’on aimerait que ce genre de justice ne soit pas pour les cités », a déclaré un des avocats de la défense Me Patrick Arapian, se référant aux témoignages anonymes. « Il n’y a pas une justice des pauvres et une pour les riches. » En dépit ce jugement d’appel, la justice n’en a pas encore fini avec les événements de Villiers-le-Bel. Au terme d’une longue instruction, le policier qui conduisait la voiture entrée en collision avec les deux adolescents a été renvoyé en septembre devant le tribunal correctionnel pour homicides involontaires.

Une information judiciaire pour faux témoignages visant les policiers qui l’accompagnaient dans la voiture est par ailleurs toujours en cours à Pontoise.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://cslouhanscuiseaux71.site.voila.fr En ligne
L ANCIEN
2e division de District


Nombre de messages : 62
Age : 51
Localisation : BRESSE
Date d'inscription : 30/04/2012

MessageSujet: MARA KANTE    Ven 2 Nov - 20:32

Info FM : l’incroyable histoire de Mara Kanté, espoir du football brisé en pleine ascension

01/11/2012 - 13 h 20 Autres championnats » Autre championnat 36 Commentaires
Mara Kanté vous raconte son histoireMara Kanté vous raconte son histoire©Maxppp

Parce que le football ne se résume pas aux frasques de Mario Balotelli, aux dribbles de Neymar et aux buts à foison de Lionel Messi et Cristiano Ronaldo, Foot Mercato vous propose de partir à la rencontre de Mara Kanté, au centre d'une histoire singulière et poignante.

Accusé de tentative d’homicide sur les forces de l’ordre durant les émeutes de Villiers-le-Bel en 2007, Mara Kanté a fait 29 mois de prison, dont 11 en isolement. Cet homme de 25 ans a finalement été acquitté, et sort un livre intitulé « Préjugé Coupable », pour raconter son histoire. Contacté par nos soins, le gaucher vous retrace son parcours de jeune footballeur plein d’espoir, avant donc ce triste épisode : « J’étais jeune, j’étais clairement consacré à mon football. Je mettais tous les moyens nécessaires pour atteindre un certain niveau et prétendre à postuler, à faire des demandes dans différents clubs professionnels ou semi-professionnels. Je n’avais pas de casier judiciaire, j’étais simplement dans l’optique où il fallait réussir, et la voie la plus adaptée pour moi était le football. J’évoluais dans des clubs amateurs, je n’ai pas fait de centre de formation. J’ai commencé à Villiers-le-Bel, en gravissant les paliers doucement, en moins de 15 à Gonesse, en District 1. Après, j’étais en DH, et je suis passé en Senior DH, en étant surclassé. J’étais ensuite en 18 ans nationaux à Brétigny-sur-Orge, j’ai atteint un certain palier. J’étais un mec qui était parti du bas de l’échelle dans le football, et je me disais alors qu’il y avait quelque chose à faire, qu’on pouvait en faire un vrai bagage pour arriver, si ce n’est pas en L1 ou en L2, au moins en National. Je suis latéral gauche ou ailier gauche. Je regarde beaucoup des joueurs comme Coentrão, Marcelo, Evra, Assou-Ekotto, ou au milieu quelqu’un comme André Ayew, Rivaldo ».

Plein d’espoir, le joueur a donc été stoppé dans son élan, placé en maison d’arrêt et faisant 11 mois en isolement. De quoi le couper totalement du ballon rond : « Je ne pouvais pas jouer au football. Je n’ai pas pu jouer pendant longtemps. Pendant toute ma période en isolement, j’ai dû peut-être toucher cinq ou six fois le ballon, parce que j’avais droit à une grande cour de promenade une fois par mois, et c’est là qu’on pouvait jouer entre isolés. Mais bon, entre isolés, il n’y avait pas de footballeurs (rires), il y avait des personnes plus âgées que moi, de 50-60 ans, et quelques jeunes. Je jouais pratiquement tout seul histoire de me faire plaisir. Après, une fois transféré à Villepinte, je pouvais jouer au foot 3 fois par semaine, et c’était un soulagement. Je ne connais pas de footballeurs professionnels directement. Mais un ami à moi, Alimamy Diabira, avec qui j’ai joué à Brétigny-sur-Orge et qui est maintenant agent de joueurs de football, me dit que beaucoup de personnes du milieu sont touchés par ma situation. Un autre ami, Kevin Rimane, qui était au PSG et qui est maintenant à Boulogne-sur-Mer, m’a dit que les gens au PSG étaient touchés par mon parcours, mon épreuve. J’ai entendu qu’un jeune comme Neeskens Kebano parlait de moi, qu’il était touché par mon histoire du fait de mon âge aussi. Ça m’a touché, je suis humain. Tout témoignage, direct ou indirect, me va droit au cœur ».

Touché par les témoignages de soutien qui se sont multipliés, Mara Kanté doit se reconstruire. Et une chose est sûre : le football fera assurément partie de sa vie : « Le foot fera toujours partie de ma vie. C’est difficile, parce que j’aspirais à vivre de mon football. C’était mon rêve, il était possible. J’ai réussi à rebondir. Après trois ans de détention, j’ai retrouvé un niveau de National, malheureusement les contacts avec les clubs de National ne se sont pas concrétisés. Je suis déçu mais c’est la vie, c’est comme ça. Le jour où je ferai une croix sur ce rêve, c’est que je ne pourrai vraiment plus jouer. J’y crois toujours dans un petit coin de ma tête. Quand je regarde bien, que je joue contre des amis qui jouent en National ou en CFA, ils me demandent si j’ai vraiment arrêté le foot ! En tout cas, à vous les lecteurs de Foot Mercato, je vous dis de croire en la vie, de vous battre, et de ne rien lâcher ». Un message à ne jamais oublier.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sym71
National
avatar

Nombre de messages : 4895
Age : 32
Localisation : Mâconnais
Date d'inscription : 06/10/2006

MessageSujet: Re: Mara KANTE   Ven 2 Nov - 20:37

Le sujet sur Kanté existe déjà ici : Mara Kanté


A fusionner
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
steph71
National
avatar

Nombre de messages : 4859
Age : 43
Localisation : Chassagne Montrachet
Date d'inscription : 13/06/2005

MessageSujet: Re: Mara KANTE   Ven 2 Nov - 23:00

L ANCIEN a écrit:
Info FM : l’incroyable histoire de Mara Kanté, espoir du football brisé en pleine ascension

01/11/2012 - 13 h 20 Autres championnats » Autre championnat 36 Commentaires
Mara Kanté vous raconte son histoireMara Kanté vous raconte son histoire©Maxppp

Parce que le football ne se résume pas aux frasques de Mario Balotelli, aux dribbles de Neymar et aux buts à foison de Lionel Messi et Cristiano Ronaldo, Foot Mercato vous propose de partir à la rencontre de Mara Kanté, au centre d'une histoire singulière et poignante.

Accusé de tentative d’homicide sur les forces de l’ordre durant les émeutes de Villiers-le-Bel en 2007, Mara Kanté a fait 29 mois de prison, dont 11 en isolement. Cet homme de 25 ans a finalement été acquitté, et sort un livre intitulé « Préjugé Coupable », pour raconter son histoire. Contacté par nos soins, le gaucher vous retrace son parcours de jeune footballeur plein d’espoir, avant donc ce triste épisode : « J’étais jeune, j’étais clairement consacré à mon football. Je mettais tous les moyens nécessaires pour atteindre un certain niveau et prétendre à postuler, à faire des demandes dans différents clubs professionnels ou semi-professionnels. Je n’avais pas de casier judiciaire, j’étais simplement dans l’optique où il fallait réussir, et la voie la plus adaptée pour moi était le football. J’évoluais dans des clubs amateurs, je n’ai pas fait de centre de formation. J’ai commencé à Villiers-le-Bel, en gravissant les paliers doucement, en moins de 15 à Gonesse, en District 1. Après, j’étais en DH, et je suis passé en Senior DH, en étant surclassé. J’étais ensuite en 18 ans nationaux à Brétigny-sur-Orge, j’ai atteint un certain palier. J’étais un mec qui était parti du bas de l’échelle dans le football, et je me disais alors qu’il y avait quelque chose à faire, qu’on pouvait en faire un vrai bagage pour arriver, si ce n’est pas en L1 ou en L2, au moins en National. Je suis latéral gauche ou ailier gauche. Je regarde beaucoup des joueurs comme Coentrão, Marcelo, Evra, Assou-Ekotto, ou au milieu quelqu’un comme André Ayew, Rivaldo ».

Plein d’espoir, le joueur a donc été stoppé dans son élan, placé en maison d’arrêt et faisant 11 mois en isolement. De quoi le couper totalement du ballon rond : « Je ne pouvais pas jouer au football. Je n’ai pas pu jouer pendant longtemps. Pendant toute ma période en isolement, j’ai dû peut-être toucher cinq ou six fois le ballon, parce que j’avais droit à une grande cour de promenade une fois par mois, et c’est là qu’on pouvait jouer entre isolés. Mais bon, entre isolés, il n’y avait pas de footballeurs (rires), il y avait des personnes plus âgées que moi, de 50-60 ans, et quelques jeunes. Je jouais pratiquement tout seul histoire de me faire plaisir. Après, une fois transféré à Villepinte, je pouvais jouer au foot 3 fois par semaine, et c’était un soulagement. Je ne connais pas de footballeurs professionnels directement. Mais un ami à moi, Alimamy Diabira, avec qui j’ai joué à Brétigny-sur-Orge et qui est maintenant agent de joueurs de football, me dit que beaucoup de personnes du milieu sont touchés par ma situation. Un autre ami, Kevin Rimane, qui était au PSG et qui est maintenant à Boulogne-sur-Mer, m’a dit que les gens au PSG étaient touchés par mon parcours, mon épreuve. J’ai entendu qu’un jeune comme Neeskens Kebano parlait de moi, qu’il était touché par mon histoire du fait de mon âge aussi. Ça m’a touché, je suis humain. Tout témoignage, direct ou indirect, me va droit au cœur ».

Touché par les témoignages de soutien qui se sont multipliés, Mara Kanté doit se reconstruire. Et une chose est sûre : le football fera assurément partie de sa vie : « Le foot fera toujours partie de ma vie. C’est difficile, parce que j’aspirais à vivre de mon football. C’était mon rêve, il était possible. J’ai réussi à rebondir. Après trois ans de détention, j’ai retrouvé un niveau de National, malheureusement les contacts avec les clubs de National ne se sont pas concrétisés. Je suis déçu mais c’est la vie, c’est comme ça. Le jour où je ferai une croix sur ce rêve, c’est que je ne pourrai vraiment plus jouer. J’y crois toujours dans un petit coin de ma tête. Quand je regarde bien, que je joue contre des amis qui jouent en National ou en CFA, ils me demandent si j’ai vraiment arrêté le foot ! En tout cas, à vous les lecteurs de Foot Mercato, je vous dis de croire en la vie, de vous battre, et de ne rien lâcher ». Un message à ne jamais oublier.

on l'avait déjà vu cet article sur le forum, le Kanté il voudrait passer pour une victime!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mara KANTE   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mara KANTE
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le forum non-officiel de Louhans-Cuiseaux  :: LOUHANS-CUISEAUX - l'histoire :: Ils ont joué au club-
Sauter vers: